Entre peste et choléra : un aperçu de la santé du Moyen Age au XIXè siècle

Des délibérations des consuls de Montferrand du Moyen Age aux courriers de médecins de l'Hôtel-Dieu du XIXe s., les questions relatives à la santé demeurent une préoccupation majeure de la société.

Ce cahier aborde différents thèmes relatifs aux maladies qui ont sévi au cours des siècles dans notre département. Il rassemble des documents illustrant aussi bien la peste noire de 1348, les jugements rendus aux lépreux mais aussi les mesures préventives ou curatives pour tenter d'éradiquer épidémies et maladies. Au fur et à mesure des progrès de la médecine et plus généralement des connaissances liées à la transmission des maladies, les traitements évoluent. Les signes distinctifs imposés aux lépreux pour empêcher la contagion, les messes votives organisées pour que l'épidémie cesse, les recettes médicinales du XVIIIe s. laissent peu à peu place à une médecine qui progresse et s'organise aux réorganisations des salles de l'Hôtel-Dieu et aux connaissances approfondies du corps humain au XIX e s.

 

Les fonds du Tribunal de la Purge (institution jugeant les lépreux), de l'Intendance d'Auvergne et de l'Hôtel-Dieu ont permis d'appréhender l'évolution des questions de santé du Moyen Age à la fin du XIX e s.

couv_sante_1.jpg (jpg - 128 Ko)
Imprimer cette page

Santé

Fermer le formulaire de recherche
-+
  • Des délibérations des consuls de Montferrand du Moyen Age aux courriers de médecins de l'Hôtel-Dieu du XIXe s., les questions relatives à la santé demeurent une préoccupation majeure de la société.

    Ce cahier aborde différents thèmes relatifs aux maladies qui ont sévi au cours des siècles dans notre département. Il rassemble des documents illustrant aussi bien la peste noire de 1348, les jugements rendus aux lépreux mais aussi les mesures préventives ou curatives pour tenter d'éradiquer épidémies et maladies. Au fur et à mesure des progrès de la médecine et plus généralement des connaissances liées à la transmission des maladies, les traitements évoluent. Les signes distinctifs imposés aux lépreux pour empêcher la contagion, les messes votives organisées pour que l'épidémie cesse, les recettes médicinales du XVIIIe s. laissent peu à peu place à une médecine qui progresse et s'organise aux  ...