Au loup ! La Bête du Gévaudan et autres loups auvergnats

Ce recueil rassemble des documents, pour la plupart issus des séries C (Intendance d'Auvergne), L (période révolutionnaire) et M (administration générale) relatifs à la question du loup en Auvergne y compris l'histoire de la Bête du Gévaudan.

 

En vente : consulter le catalogue en ligne

Consultable en ligne : 

couv_loup_2.jpg (jpg - 241 Ko)
Imprimer cette page

Au loup ! La bête du Gévaudan et autres loups auvergnats

Fermer le formulaire de recherche

Inventaire

-+
La Bête du Gévaudan
Présentation du contenu :

Maintes fois citée, étudiée, racontée, transposée au cinéma, la Bête du Gévaudan ne cesse de faire parler d'elle depuis plus de deux siècles. Tout débute en 1764 avec des attaques meurtrières commises en Lozère. Dès lors, une " Bête " attaque et tue dans les provinces du Languedoc et d'Auvergne pendant 4 ans. Les agressions commises en Haute-Auvergne impliquent forcément l'intervention des pouvoirs qui administrent alors cette province, et expliquent la présence de dossiers consacrés à cette affaire dans le fonds de l'intendance d'Auvergne des Archives départementales du Puy-de-Dôme.

Les premières attaques ont lieu dans le sud de la Lozère. Dès l'hiver 1764-65, la Bête sévit dans les limites des départements de la Lozère, du Cantal et de la Haute-Loire, englobant les secteurs de Saint-Flour, Saugues et Marvejols. Elle demeure plus ou moins dans ce périmètre jusqu'à sa disparition. La violence des blessures marque les esprits et provoque l'effroi. Les morsures sont impressionnantes, les habits déchiquetés, les membres arrachés et les têtes parfois décapitées. Les victimes sont des enfants ou des jeunes gens, le plus souvent des filles. Il s'agit généralement d'individus occupés à garder les troupeaux. Toutefois, l'animal s'introduit dans les villages, allant même jusqu'à porter ses agressions dans les cours des habitations. Autre fait marquant, les agressions sont courantes, répétitives ; les autorités allant même jusqu'à en signaler plusieurs sur une même journée. La plupart du temps, les victimes succombent, rares sont celles qui survivent. Les gens ne disposent que de moyens rudimentaires pour se défendre, surtout les enfants. Ceux qui parviennent à échapper à la mort ont été le plus souvent secourus à temps ou sont armés d'objets plus efficaces comme des fourches ou des petites baïonnettes. Ceux qui se défendent parviennent parfois à blesser la " bête féroce " mais les coups portés ne semblent être d'une quelconque efficacité. Nombre de témoignages rapportent des coups de fusils tirés dans sa direction sans pouvoir tuer l'animal. Les esprits sont troublés par cette créature dont on ne réussit pas à définir véritablement l'identité, qui s'attaque aux populations sans aucune crainte et avec sauvagerie, et surtout qu'on ne parvient pas à tuer.

Les autorités décident d'intervenir. De Moncan, gouverneur du Languedoc, envoie le capitaine Duhamel, aide major des volontaires de Clermont. Avec ses dragons, il se fixe en Haut-Gévaudan où il décide d'organiser des battues, dont la plus importante a lieu le 7 février 1765. Toutes se soldent par un échec. La population ne voit pas d'un bon œil les dragons dans leur région et doute de leur efficacité. La peur a gagné beaucoup d'esprits et Duhamel se plaint de la couardise des paysans. Suite aux échecs du capitaine, d'Enneval, célèbre louvetier est envoyé par la cour pour chasser l'animal dès le mois de février. Parallèlement, des primes importantes sont offertes pour la mort de la Bête, bien que l'on répugne à armer les paysans. Rien ne fonctionne, y compris les pièges multiples, quelquefois farfelus, ou les tentatives d'empoisonnement. Ulcéré par un nouveau revers, le roi décide de mandater Antoine, porte-arquebuse afin de résoudre ce problème. Arrivé au mois de juin 1765, celui-ci organise des battues qui connaissent également l'insuccès. Mais, le 21 septembre 1765, il abat un grand loup aux Chazes (au sud de Langeac). Sur le procès-verbal, des témoins reconnaissent l'animal, auteur des agressions. Le cadavre est ensuite envoyé à Clermont où il est autopsié et embaumé pour être présenté à la Cour.

Cependant, les agressions reprennent quelques semaines après et beaucoup doutent de la culpabilité du loup, abattu par Antoine, lors des attaques antérieures. Mais pour les autorités, l'affaire est close et le roi ne veut plus entendre parler de cette affaire. Les plaintes des habitants restent donc lettres mortes.

En 1767, Chastel tue une Bête dont la description fait état d'un animal imposant, différent du loup, mais avec quelques ressemblances. Dès lors, après une centaine de meurtres, les attaques cessent définitivement.

Ainsi, le mystère de la Bête continue d'intriguer, alimenté par les descriptions contemporaines de l'animal pour le moins étranges. On décrit sa taille impressionnante (celle d'un " veau d'un an "), ses grosses pattes, sa raie sur le dos, mais aussi son comportement rusé et arrogant vis-à-vis des hommes. On lui prête des tactiques, des idées de pièges pour commettre ses méfaits. Son aptitude à résister aux coups de feu effraie. Les correspondances et les témoignages de l'époque parlent continuellement d'une " bête ", quelquefois " qu'on croit être un loup ", mais ne rapportent jamais l'identité formelle.

Les gazettes de l'époque se sont emparées de l'histoire et encore de nos jours toutes les hypothèses sont avancées, plus ou moins fantaisistes : on évoque ainsi la présence d'extra-terrestres, un fléau divin, un singe, un sadique, une hyène ramenée d'Afrique, un ou des loups, des hybrides chiens-loups dressés, …


Victimes et mystificateurs
ouvrir dans la visionneuse : Lettre de M. Marie, subdélégué à Langeac à M. de Ballainvilliers, intendant d'Auvergne. 24 décembre 1764.
(1 vue)
Lettre de M. Marie, subdélégué à Langeac à M. de Ballainvilliers, intendant d'Auvergne. 24 décembre 1764.
ouvrir dans la visionneuse : Lettre de M. de Ballainvilliers au comte de Saint-Florentin et au contrôleur général des finances. 14 mars 1765.
(1 vue)
Lettre de M. de Ballainvilliers au comte de Saint-Florentin et au contrôleur général des finances. 14 mars 1765.
ouvrir dans la visionneuse : Lettre de M. Marie, subdélégué à Langeac à M. de Ballainvilliers. 15 mai 1765.
(1 vue)
Lettre de M. Marie, subdélégué à Langeac à M. de Ballainvilliers. 15 mai 1765.
ouvrir dans la visionneuse : Lettre de M. de Montluc, subdélégué de Saint-Flour à M. de Ballainvilliers. 8 juin 1765.
(2 vues)
Lettre de M. de Montluc, subdélégué de Saint-Flour à M. de Ballainvilliers. 8 juin 1765.
ouvrir dans la visionneuse : Lettre de M. Lafont, subdélégué de Mende à M. de Ballainvilliers. 26 juin 1765.
(2 vues)
Lettre de M. Lafont, subdélégué de Mende à M. de Ballainvilliers. 26 juin 1765.
ouvrir dans la visionneuse : Procès-verbal établi par M. Antoine, porte-arquebuse du roi, concernant la découverte d'un cadavre à Paulhac. 9 septembre 1765.
(1 vue)
Procès-verbal établi par M. Antoine, porte-arquebuse du roi, concernant la découverte d'un cadavre à Paulhac. 9 septembre 1765.
ouvrir dans la visionneuse : Lettre de M. d'Enneval à M. de Ballainvilliers. 24 juin 1765.
(2 vues)
Lettre de M. d'Enneval à M. de Ballainvilliers. 24 juin 1765.
ouvrir dans la visionneuse : Lettre de M. Marie à M. de Ballainvilliers. 4 mars 1765.
(1 vue)
Lettre de M. Marie à M. de Ballainvilliers. 4 mars 1765.
ouvrir dans la visionneuse : Lettre de M. de Ballainvilliers au comte de Saint-Florentin et au contrôleur général des finances. 7 mai 1765.
(1 vue)
Lettre de M. de Ballainvilliers au comte de Saint-Florentin et au contrôleur général des finances. 7 mai 1765.
ouvrir dans la visionneuse : Lettre de M. d'Enneval à M. de Ballainvilliers. 7 avril 1765.
(1 vue)
Lettre de M. d'Enneval à M. de Ballainvilliers. 7 avril 1765.
ouvrir dans la visionneuse : Lettre d'Antoine à M. de Ballainvilliers. 24 juillet 1765.
(1 vue)
Lettre d'Antoine à M. de Ballainvilliers. 24 juillet 1765.
L'organisation des chasses
ouvrir dans la visionneuse : Lettre de Moncan, gouverneur du Languedoc à M. de Ballainvilliers. 25 novembre 1764.
(2 vues)
Lettre de Moncan, gouverneur du Languedoc à M. de Ballainvilliers. 25 novembre 1764.
ouvrir dans la visionneuse : Lettre des consuls de Saint-Flour à M. de Ballainvilliers. 23 décembre 1764.
(1 vue)
Lettre des consuls de Saint-Flour à M. de Ballainvilliers. 23 décembre 1764.
ouvrir dans la visionneuse : Lettre du comte de Saint-Florentin à M. de Ballainvilliers. 31 décembre 1764.
(1 vue)
Lettre du comte de Saint-Florentin à M. de Ballainvilliers. 31 décembre 1764.
ouvrir dans la visionneuse : Post-scriptum modifiant une lettre circulaire de M. de Montluc sur l'organisation d'une chasse. Février 1765.
(1 vue)
Post-scriptum modifiant une lettre circulaire de M. de Montluc sur l'organisation d'une chasse. Février 1765.
ouvrir dans la visionneuse : Lettre de M. de Montluc à M. de Ballainvilliers. 13 février 1765.
(1 vue)
Lettre de M. de Montluc à M. de Ballainvilliers. 13 février 1765.
ouvrir dans la visionneuse : Lettre de M. Hébert à M. de Ballainvilliers. 22 mars 1765.
(1 vue)
Lettre de M. Hébert à M. de Ballainvilliers. 22 mars 1765.
ouvrir dans la visionneuse : Lettre de M. Hébert à M. de Ballainvilliers. 14 mai 1765.
(1 vue)
Lettre de M. Hébert à M. de Ballainvilliers. 14 mai 1765.
ouvrir dans la visionneuse : Lettre du comte de Saint-Florentin à M. de Ballainvilliers. 8 juin 1765.
(1 vue)
Lettre du comte de Saint-Florentin à M. de Ballainvilliers. 8 juin 1765.
ouvrir dans la visionneuse : Lettre de M. de Ballainvilliers à M. de Montluc. 24 juin 1765.
(2 vues)
Lettre de M. de Ballainvilliers à M. de Montluc. 24 juin 1765.
Les descriptions de la bête
ouvrir dans la visionneuse : Lettre de M. Duhamel, aide-major des volontaires de Clermont à M. de Ballainvilliers. 20 janvier 1765.
(2 vues)
Lettre de M. Duhamel, aide-major des volontaires de Clermont à M. de Ballainvilliers. 20 janvier 1765.
ouvrir dans la visionneuse : Lettre de M. de Vigier, premier consul de Saint-Flour à M. de Ballainvilliers. 2 janvier 1765.
(1 vue)
Lettre de M. de Vigier, premier consul de Saint-Flour à M. de Ballainvilliers. 2 janvier 1765.
ouvrir dans la visionneuse : Lettre de M. de Montluc à M. de Ballainvilliers. 1er février 1765.
(2 vues)
Lettre de M. de Montluc à M. de Ballainvilliers. 1er février 1765.
ouvrir dans la visionneuse : Extrait d'une lettre circulaire imprimée de M. de Montluc. 1er février 1765.
(1 vue)
Extrait d'une lettre circulaire imprimée de M. de Montluc. 1er février 1765.
ouvrir dans la visionneuse : Lettre du chevalier Gruyther à M. de Ballainvilliers. 10 février 1765.
(1 vue)
Lettre du chevalier Gruyther à M. de Ballainvilliers. 10 février 1765.
ouvrir dans la visionneuse : Lettre de M. Antoine à M. de Ballainvilliers. 29 juillet 1765.
(1 vue)
Lettre de M. Antoine à M. de Ballainvilliers. 29 juillet 1765.
ouvrir dans la visionneuse : Lettre de M. de Montluc à M. de Ballainvilliers. 9 février 1765.
(1 vue)
Lettre de M. de Montluc à M. de Ballainvilliers. 9 février 1765.
ouvrir dans la visionneuse : Procès-verbal établi par M. Antoine concernant la chasse faite aux Chazes. 19 septembre 1765.
(1 vue)
Procès-verbal établi par M. Antoine concernant la chasse faite aux Chazes. 19 septembre 1765.
ouvrir dans la visionneuse : Lettre de M. de Ballainvilliers à M. Antoine. 23 septembre 1765.
(1 vue)
Lettre de M. de Ballainvilliers à M. Antoine. 23 septembre 1765.
ouvrir dans la visionneuse : Brouillon de la lettre de M. de Ballainvilliers au comte de Saint-Florentin, au contrôleur général des finances, au duc de Choiseul. Septembre 1765.
(1 vue)
Brouillon de la lettre de M. de Ballainvilliers au comte de Saint-Florentin, au contrôleur général des finances, au duc de Choiseul. Septembre 1765.
ouvrir dans la visionneuse : Brouillon de la lettre de M. de Ballainvilliers au comte de Saint-Florentin, au contrôleur général des finances, au duc de Choiseul. Septembre 1765.
(1 vue)
Brouillon de la lettre de M. de Ballainvilliers au comte de Saint-Florentin, au contrôleur général des finances, au duc de Choiseul. Septembre 1765.
ouvrir dans la visionneuse : Lettre de M. Fournier, curé de Besseyre-Saint-Mary, à M. de Ballainvilliers. 6 décembre 1765.
(1 vue)
Lettre de M. Fournier, curé de Besseyre-Saint-Mary, à M. de Ballainvilliers. 6 décembre 1765.
ouvrir dans la visionneuse : Lettre de M. Ollier, curé de Saint-Sébastien de Lorcières, chanoine de Sainte-Geneviève, à M. de Ballainvilliers. 28 décembre 1765.
(1 vue)
Lettre de M. Ollier, curé de Saint-Sébastien de Lorcières, chanoine de Sainte-Geneviève, à M. de Ballainvilliers. 28 décembre 1765.
ouvrir dans la visionneuse : Longueur de l'empreinte adressée par le curé de Lorcières à l'intendant suite à l'attaque d'une jeune fille. Février 1766.
(1 vue)
Longueur de l'empreinte adressée par le curé de Lorcières à l'intendant suite à l'attaque d'une jeune fille. Février 1766." Description de l'antropophage ou de l'animal féroce qui désole et ravage le païs des frontières du Gévaudan et d'Auvergne que l'on caractérise de monstre en sa nature " par M. Ollier. Début 1766.
ouvrir dans la visionneuse :
(1 vue)
" Description de l'antropophage ou de l'animal féroce qui désole et ravage le païs des frontières du Gévaudan et d'Auvergne que l'on caractérise de monstre en sa nature " par M. Ollier. Début 1766.
ouvrir dans la visionneuse :
(1 vue)
" Description de l'antropophage ou de l'animal féroce qui désole et ravage le païs des frontières du Gévaudan et d'Auvergne que l'on caractérise de monstre en sa nature " par M. Ollier. Début 1766.
Le loup et l'homme : une difficile cohabitation
Présentation du contenu :

Au cours des siècles derniers, le loup était un animal largement répandu en Auvergne. Sa présence était notamment constatée dans les régions montagneuses et boisées. Le loup est un mammifère de l'ordre des carnivores. Chassant en meute, il s'attaque au gibier mais aussi au bétail. En effet, très endurant, il est capable d'emporter un mouton. Cependant, les animaux sauvages constituent la nourriture principale du loup (chevreuils, cerfs, chamois, petits mammifères,...). L'attaque du bétail, principalement ovin, ne constitue qu'une faible partie de la ressource alimentaire et se produit surtout en période de pénurie de gibier.

La principale cause de l'extermination du loup n'est pas due aux peurs collectives face aux dangers de la bête, mais surtout aux conflits avec les paysans. Les populations se plaignent du préjudice causé par les loups sur leurs troupeaux, ressource financière et alimentaire non négligeable alors.

Face aux attaques subies sur leurs troupeaux, les éleveurs ont demandé aux pouvoirs publics l'autorisation de chasser l'animal et d'obtenir sa disparition. Ainsi, chassés intensément à partir du XIXe siècle, le nombre de loups se trouve considérablement réduit, en quelques décennies, jusqu'à son éradication après la Première guerre mondiale. Il a commencé à disparaître de l'Auvergne dès le début du XXe siècle. De nos jours, son existence a considérablement diminué sur tout le territoire français jusqu'à sa disparition dans la quasi-totalité des régions.

Au fil des siècles, les attaques de loups dans les campagnes auvergnates se produisent le plus souvent en période hivernale. Les bêtes s'attaquent aux troupeaux mais aussi parfois aux hommes. Les agressions commises sur ces derniers sont rares. En revanche, elles s'avèrent redoutables en cas de rage. Le loup enragé n'hésite pas à assaillir l'homme et transmet ainsi la maladie que l'on ne sait alors guérir jusqu'à l'époque de Pasteur. A ce propos, il convient de signaler que le chien est plus souvent le vecteur de la maladie sur l'homme que le loup.

Les autorités locales rapportent fréquemment les agressions de loups sur le bétail ou sur l'homme jusqu'au dernier tiers du XIXe siècle et ne cessent de demander l'autorisation de les chasser.

On attribue généralement l'institution de la Louveterie à Charlemagne avec la création des luparii, même si c'est François Ier qui établit le premier lieutenant de louveterie du royaume. Supprimée brièvement lors de la Révolution, cette institution est rétablie sous l'Empire. A partir de cette époque, les lieutenants de louveterie doivent rendre compte du nombre de bêtes tuées au cours de l'année.

Cependant, la méthode la plus usitée pour se débarrasser des loups reste la battue (huée) où les paysans servent de rabatteurs de gibier.

A partir du XIXe siècle, l'attribution de primes est le moyen privilégié par l'administration pour éradiquer l'animal, classifié comme " nuisible ". La récompense s'avère très intéressante (environ l'équivalent d'un salaire de journalier par loup tué). Les louves pleines rapportent évidemment plus d'argent. Par peur d'être grugées, les autorités demandent que la tête soit présentée, les oreilles découpées et conservées, évitant ainsi que le chasseur ne touche plusieurs fois la prime pour le même loup.

La loi de 1882 déclare une guerre sans merci à l'animal, augmente les primes et ordonne sa destruction par tous les moyens.

Autre méthode fréquemment employée, le poison, décliné sous plusieurs formes : noix vomique, strychnine. Le poison est souvent mélangé à diverses plantes et laissé à l'intérieur de cadavres de chiens, voire plus rarement de chèvres.

Des périodes de famine où les loups s'attaquent aux hommes (le fameux Courtauld à Paris en 1438), à l'histoire de la Bête de Gévaudan au succès retentissant, tant d'autres événements au fil du temps font que le loup imprègne les mentalités collectives. Souvent associé au Diable, animal cruel et sanguinaire, il entre dès le plus jeune âge dans les esprits par le biais des récits, des contes où il est très présent : le petit Chaperon rouge le dispute à la chèvre de M. Seguin, en passant par la fable du loup et l'agneau ou les récits fantastiques de loup-garou.

Depuis quelques années, les consciences ont évolué avec un souci grandissant pour la protection de l'environnement et de l'écosystème. Si la présence inexpliquée de quelques loups a pu être signalée, le loup n'a pas encore réapparu en Auvergne de manière formelle. Cependant, suite à sa présence dans les Alpes, la question de son retour dans notre région s'avère désormais d'actualité.


Le loup prédateur
ouvrir dans la visionneuse : Lettre de M. Nempde avec l'envoi d'oreilles de loup pour pièces justificatives. 29 janvier 1738.
(1 vue)
Lettre de M. Nempde avec l'envoi d'oreilles de loup pour pièces justificatives. 29 janvier 1738.
ouvrir dans la visionneuse : Lettre de l'intendant d'Auvergne au Contrôleur général des Finances. 5 novembre 1730.
(1 vue)
Lettre de l'intendant d'Auvergne au Contrôleur général des Finances. 5 novembre 1730.
ouvrir dans la visionneuse : Mémoire rédigé par Courby l'aîné, Constant, Mallet et Borde, chirurgiens sur la rage. 1765.
(1 vue)
Mémoire rédigé par Courby l'aîné, Constant, Mallet et Borde, chirurgiens sur la rage. 1765.
ouvrir dans la visionneuse : Lettre de Pagès de Vixouze, subdélégué à Aurillac à l'intendant d'Auvergne. 3 juin 1765.
(2 vues)
Lettre de Pagès de Vixouze, subdélégué à Aurillac à l'intendant d'Auvergne. 3 juin 1765.
ouvrir dans la visionneuse : Lettre de la municipalité de Bourg-Lastic à l'administration départementale du Puy-de-Dôme. Vendémiaire an VI.
(1 vue)
Lettre de la municipalité de Bourg-Lastic à l'administration départementale du Puy-de-Dôme. Vendémiaire an VI.
ouvrir dans la visionneuse : L'Indépendant du Centre. 22 août 1868.
(1 vue)
L'Indépendant du Centre. 22 août 1868.
ouvrir dans la visionneuse : Le Moniteur. 4 septembre 1869.
(1 vue)
Le Moniteur. 4 septembre 1869.
ouvrir dans la visionneuse : Le Moniteur. 29-30 novembre 1886.
(1 vue)
Le Moniteur. 29-30 novembre 1886.
ouvrir dans la visionneuse : Le Moniteur. 6-7 décembre 1886.
(1 vue)
Le Moniteur. 6-7 décembre 1886.
ouvrir dans la visionneuse : Le Moniteur. 12-13 juillet 1886.
(1 vue)
Le Moniteur. 12-13 juillet 1886.
Les politiques d'éradication
ouvrir dans la visionneuse : Affiche imprimée de l'ordonnance de l'intendant d'Auvergne. 17 mars 1736.
(1 vue)
Affiche imprimée de l'ordonnance de l'intendant d'Auvergne. 17 mars 1736.
ouvrir dans la visionneuse : Lettre de M. Guillemot de La Grolière à l'intendant d'Auvergne. 7 septembre 1764.
(1 vue)
Lettre de M. Guillemot de La Grolière à l'intendant d'Auvergne. 7 septembre 1764.
ouvrir dans la visionneuse :
(1 vue)
" Différentes manières de piéger les loups et empreintes de loups, louves et louveteaux ". Recueil de planches sur les sciences, les arts libéraux et les arts mécaniques, mis en ordre et publié par Diderot et d'Alembert.
ouvrir dans la visionneuse : Lettre de l'administration municipale de Rochefort à l'administration départementale. 26 prairial an V.
(2 vues)
Lettre de l'administration municipale de Rochefort à l'administration départementale. 26 prairial an V.
ouvrir dans la visionneuse : Imprimé de recette pour empoisonner les loups.
(1 vue)
Imprimé de recette pour empoisonner les loups.
ouvrir dans la visionneuse : Quittance de paiement d'une récompense pour destruction de loups. 29 juin 1758.
(1 vue)
Quittance de paiement d'une récompense pour destruction de loups. 29 juin 1758.
ouvrir dans la visionneuse :
(1 vue)
" Différentes manières de piéger les loups : cage à loups avec appâts ". Recueil de planches sur les sciences, les arts libéraux et les arts mécaniques, mis en ordre et publié par Diderot et d'Alembert.
ouvrir dans la visionneuse : Instruction départementale sur la destruction des loups. 18 germinal an V.
(2 vues)
Instruction départementale sur la destruction des loups. 18 germinal an V.
ouvrir dans la visionneuse : Rapport de l'administration municipale de Chamalières sur une chasse aux loups. 11 brumaire an VI.
(1 vue)
Rapport de l'administration municipale de Chamalières sur une chasse aux loups. 11 brumaire an VI.
ouvrir dans la visionneuse : Attestation de présentation de tête de loup pour gratification. 19 nivôse an VIII.
(1 vue)
Attestation de présentation de tête de loup pour gratification. 19 nivôse an VIII.
ouvrir dans la visionneuse : Lettre du maire de Valcivières au sous-préfet d'Ambert. 9 août 1886.
(2 vues)
Lettre du maire de Valcivières au sous-préfet d'Ambert. 9 août 1886.
ouvrir dans la visionneuse : Envoi de mandat du préfet pour paiement de gratification. 27 mai 1856.
(1 vue)
Envoi de mandat du préfet pour paiement de gratification. 27 mai 1856.
ouvrir dans la visionneuse : Instruction royale sur l'organisation de la louveterie. 20 août 1814.
(1 vue)
Instruction royale sur l'organisation de la louveterie. 20 août 1814.
ouvrir dans la visionneuse : Instructions ministérielles sur la destruction de loups. 19 décembre 1882.
(2 vues)
Instructions ministérielles sur la destruction de loups. 19 décembre 1882.
ouvrir dans la visionneuse : Le Moniteur. 9 juin 1870.
(1 vue)
Le Moniteur. 9 juin 1870.
L'imaginaire collectif
ouvrir dans la visionneuse : Le Moniteur. 19 mars 1870.
(1 vue)
Le Moniteur. 19 mars 1870.
ouvrir dans la visionneuse : Le Moniteur. 17 octobre 1866.
(2 vues)
Le Moniteur. 17 octobre 1866.
ouvrir dans la visionneuse : La Montagne. 15 février 1959.
(1 vue)
La Montagne. 15 février 1959.
ouvrir dans la visionneuse : La Montagne. 21 juillet 1999.
(1 vue)
La Montagne. 21 juillet 1999.
ouvrir dans la visionneuse : La Montagne. 16 novembre 2004.
(1 vue)
La Montagne. 16 novembre 2004.
ouvrir dans la visionneuse : Extrait de Marcel Juillard, Veillées et d'autrefois, 1955.
(1 vue)
Extrait de Marcel Juillard, Veillées et d'autrefois, 1955.
ouvrir dans la visionneuse : Cahier d'écolier.
(1 vue)
Cahier d'écolier.
ouvrir dans la visionneuse : Cahier d'écolier, école du Mayet.
(1 vue)
Cahier d'écolier, école du Mayet.