Vercingétorix entre aux Archives !

Récemment mis au jour lors de fouilles archéologiques près du temple de Corent, l'acte de naissance de Vercingétorix entre aux Archives départementales, où il rejoint l'état civil des Puydômois.


 

La controverse agite une armada de spécialistes depuis le milieu du XIXe siècle et la redécouverte du chef gaulois par les historiens, qui en ont fait une figure de proue de l'histoire nationale : où, et surtout quand, est donc né Vercingétorix, le plus célèbre des Arvernes, héros des libertés gauloises face au colonisateur romain ?

Pour ce qui est de son âge, on s'appuyait jusqu'à présent sur La Guerre des Gaules, œuvre de son ennemi César, qui le mentionne en -52 comme "adulescens" (en droit romain, jeune homme de moins de 30 ans), ce qui le faisait naître après -82. Mais pouvait-on se fier à cette oeuvre de propagande tout à la gloire de son auteur, véritable sous-marin pour sa conquête du pouvoir à Rome ?

Revenu à la surface lors de fouilles archéologiques sur le site de la halle aux poissons, près de la zone des temples de l'oppidum de Corent, un tesson de poterie inscrit (ou "ostracon", du grec "coquille d'huître" ) vient noyer la controverse : le texte gravé par un druide atteste que Vercingétorix, fils de Celtillos - qui sera vergobret des Arvernes avant de finir en -75 sur le gril, suite à une tentative de coup d'État - et de son épouse Salacia (ou Sardina), est né à Corent, alors l'une des capitales des Arvernes, en -79, le 10e jour du mois d'ogronios (soit le vendredi 3 mars), ce qui le fait naître sous le signe des poissons.

Cet acte d'"état civil", avec les autres ostraca découverts dans ce qui semble bien être les archives généalogiques des nobles arvernes, conservées par les druides à proximité du temple, dans une jarre à garum, vient tout juste de rejoindre les Archives départementales ; il fait reculer de plus de seize siècles la date du plus ancien acte puydômois conservé, record jusqu'ici détenu par un registre de Saillant remontant, avec lacunes, à 1524.


Pour voir le document, cliquez ici




Retour haut de page